Hyper-connectivité, quand tu nous tiens...

Parfois, je me dis que je vis une époque complètement incroyable. Je suis dans une sorte de science-fiction où les ordinateurs, Internet, les téléphones portables et objets connectés ont complètement bouleversé mon quotidien.

Comme je suis dans la quarantaine, j’ai eu le loisir de vivre sans ces objets, je sais que l’on peut faire sans et qu’on peut être tout autant heureuse, voir peut-être plus ?

A chacun de l’expérimenter.

Et je savoure aussi l’accès à toutes ces informations, outils de développement personnel, tout en étant vigilante à ne pas laisser entrer dans ma sphère toute la misère du monde via les écrans. Pas toujours facile, je l’avoue. Ça me demande une certaine discipline car, comme nous tout(e)s, j’ai une certaine tendance à, très vite, avoir mon attention captée par les images ou les petites sonneries de notification de téléphone.

J’ai donc le sentiment que c’est une période où on peut encore plus encore, avec la tentation de ces technologies, passer sa vie sans la vivre, en étant sans arrêt distraite par toutes ces sollicitations, divertissements, séries et autres petits sons. Sans oublier la gestion des mails qui nous prend une bonne partie de notre temps de travail.

J’ai le sentiment qu’on peut très facilement devenir une sorte de robot et se réveiller au soir de sa vie plein de regrets.

Des principes pépites pour sortir du mode "robot"

Les derniers temps, j’ai eu à Noël le petit livre de Christine Lewicki « Wake up » : 4 principes fondamentaux pour arrêter de vivre sa vie à moitié endormie. J’en retire ces « principes pépites » :

« J’ose être brillante »

Alors là, pas facile, briller c’est aussi être visible. Et être visible, c’est dangereux, non ?

J’ai (re) découvert les zones de compétences, d’incompétences, d’excellence, de brillance. Et je vous avoue, je veux toujours être dans ma zone de brillance, celle où tout est fluide et où j’abats des montagnes de travail en ayant le sentiment d’être à ma place.

 

 

 

 

 

« Je pose des actes à la hauteur de mon ambition »

Derrière cela, il y a la question d’oser agir et d’oser se lancer de nouveaux petits défis. Je dois dire que je n’aime pas forcément le terme de challenge trop relié dans mon imaginaire à celui de la compétition mais j’ai aussi remarqué que c’est finalement comme une sorte de jeu avec soi-même. J’ose ou pas ?  Cela me rappelle un outil que j’utilise avec des étudiants de première année en IUT « Etonnez-vous, étonnez-nous »…

Parfois la frustration de ne pas avoir oser est bien plus cuisante que celle d’avoir échouer. Et on apprend toujours d’un échec, c’est la base de l’apprentissage

Je co-construis ma réalité en conscience

« Je crée ma réalité avec mes mots »

Tellement vrai, nous nous entourons d’une réalité que nous construisons avec nos mots. Et ceux-ci sont des fenêtres ou des murs (pour paraphraser Marshall Rosenberg). Nous sommes des être de parole et nos histoires, contes, mythes construisent jour après jour nos réalités individuelles et collectives.

J’arrête d’exagérer, je refuse d’être victime et je me sers notamment de l’outil de la gratitude. Lorsque je regarde en conscience tous les jours ce dont je bénéficie, j’avoue me sentir plutôt gâtée par la vie. Merci !

« Je prends soin de ma source »

Je sélectionne ce qui rentre dans mon champ de conscience. Pas envie de film d’horreur, d’images violentes qui me rendent triste, inquiète et sans ressources pour les personnes victimes. Trop d’accès à cette détresse peut provoquer un rejet et faire en sorte que je ne puisse pas aider, agir pour atténuer la souffrance. C’est juste insupportable, je suis démunie, je ne veux pas voir.

Je crée de l’espace dans me vie pour ne pas courir dans tous les sens et pouvoir me centrer. C’est ce qui va me permettre de me connecter à ma puissance, ma force de vie. Et là encore, je suis toujours testée car, périodiquement, je me retrouve en mode « nez dans le guidon ». De moins en moins rapidement mais il y a encore du progrès à faire !

Et je prends des temps pour rêver éveillée. Ces temps extrêmement précieux me permettent des pas de géants sur mon chemin. J’accompagne des entrepreneuses avec cet outil qui est au centre de ce que je peux proposer en accompagnement au changement.

Pour plus de précision, une petite interview de l’autrice qui partage sa visions de ses principes:

Donc, je me dis que c’est une époque à la fois anxiogène et fabuleuse, une véritable opportunité pour vivre sa vie rév’eillée et se révèler. 😀

« Être à l’écoute de ce qui résonne en nous, c’est ce qui va nous permettre non seulement de nous réaliser et de donner du sens à notre vie, mais c’est aussi ce qui va nous permettre de contribuer à l’épanouissement du monde. » Christine Lewicki

Et comme qui dirait, avec le changement climatique, y’a du boulot ! 

Alors, envie de se rév’eiller ?

N’hésitez-pas à noter en commentaires vos sources d’inspiration ! Merci !

Vous avez des questions ? Un besoin d’accompagnement ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Envie de vous inscrire dans une démarche de changement ?

Recevez de l’actualité, des outils, des conseils, des retours d’expériences concrets et des techniques pour vous accompagner au changement en douceur.

Et bien plus encore…

*Vos informations resterons confidentielles.

Abonnez-vous gratuitement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *