Faire équipe et co-créer : quelques bases pour s’envoler

Transmettre mon expérience à Yao Fang

 Toute l’aventure part d’une sollicitation de la part de mon chéri qui, sachant que je travaille avec un collectif nommé VietoB depuis quatre années  en expérimentant des outils de gouvernance partagées, avait très envie d’en bénéficier pour son collectif naissant.

L’occasion pour moi de transmettre des outils que je trouve fondamentaux à trois personnes motivées pour expérimenter d’autres modes au travail !
 
Tout en mettant l’accent sur la communication et l’écologie intérieure.
 
Mais qui sont ces explorateurs (trice)  ?
 
Trois praticie(nnes) et formateur(trice)s en énergétique traditionnelle chinoise.

Ils ont bénéficié d’une enseignement original en pharmacopée chinoise avec leur mentor Jean-Christian, aujourd’hui décédé.

Cette approche a bouleversé leurs pratiques et visions des plantes et leur a donné l’élan de transmettre cette vision et cette pédagogie du domaine.
 
De leur part : une envie de travailler dans la fluidité, la bienveillance et l’efficacité.
 
C’est la naissance de Yao Fang !
 
Challenge !!!

 

 
 

Le process : poser le cadre et les valeurs

Quel a été mon apport ?

Nous avons travaillé trois demi-journées. ce qui est à la fois peu et déjà un bon départ pour des personnes qui sont novices en gouvernance partagée.

J’ai donc créé une initiation à ce process en valorisant deux choses en particulier :

  • le mode de communication (écoute, respect des paroles)
  • la raison d’être de Yao Fang (valeurs, raison d’être)

Et ceci afin d’éviter un premier écueil : l’action à tout prix. 

Pour défaire ensuite et tout arrêter parce qu’on s’est épuisé individuellement et collectivement.

Première étape : mise en place du cercle qui favorise la communication interpersonnelle et l’horizontalité.

Vous vous souvenez ? J’en avais parlé ici. http://soazig-hernandez.fr/rentre-dans-le-cercle-oser-se-mettre-en-rond/

Deuxième étape  : valider un cadre de communication (écoute, respect, bienveillance, confidentialité…).

Troisième étape : rêver ! Partir dialoguer avec son monde intérieur avec un rêve de groupe pour continuer à co-construire le projet.

Puis, ça a été le départ de la mise à plat des valeurs du projet avec la création d’un tableau de vision.

J’adore les découpages et l’autorisation à rêver,et ouvrir les possibles qu’offre cet outil ! 🙂 🙂 🙂

 

Horizontalité, quand tu nous tiens...

Évidemment, tout cela pose les questions suivantes :

  • partage des responsabilités, des taches,
  • comment communiquer de façon bienveillante,
  • comment gérer les conflits et tensions qui ne manqueront pas de surgir?
  • Et comment s’en servir comme un cadeau plutôt qu’une galère ?

Mes pistes :

En étant vigilant(e) sur les trois premières étapes et en continuant à expérimenter les outils de gouvernance partagée.

En s’autorisant à expérimenter et échouer (base d’une réussite). Pas facile, einh ?

La suite au prochain épisode, pardon, article! 🙂

 
 

Et vous, des pistes, pépites , témoignages pour être plus joyeux et enthousiaste dans vos projets professionnels en favorisant l’écologie relationnelle ?

Vous avez des questions ? Un besoin d’accompagnement ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Envie de vous inscrire dans une démarche de changement ?

Recevez de l’actualité, des outils, des conseils, des retours d’expériences concrets et des techniques pour vous accompagner au changement en douceur.

Et bien plus encore…

*Vos informations resterons confidentielles.

Abonnez-vous gratuitement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *