Accueillir et accompagner son enfant quand on est mampreneure

grossesse et parentalité

Le challenge de la parentalité

Il n’y a pas que le challenge de l’entreprenariat, il y a aussi celui de la parentalité en étant une femme entrepreneuse.

Bon, une femme ou un homme tout court, en fait… Mais quand même. 🙂

En général, j’ai pu faire l’expérience d’une forme de déni sur la question du changement de vie qu’apporte la parentalité. 

Entre ce qui se dit entre nous « C’est que du bonheur »et l’affichage social que l’on retrouve sur nombre de publicités…

Le pompon, c’était. « Réussir son bébé avec une photo d’un magnifique bébé sous-entendant : « si tu achètes chez nous, ton bébé sera

réussi » ???

Avoir un bébé, c’est se confronter de plein fouet à notre monde où le modèle patriarcal est encore très fort, même si les choses évoluent.

Vous devez accueillir ce tsunami physique, émotionnel, relationnel en n’ayant l’air de rien. Et vous en remettre en 2 mois, vivre au quotidien comme avant… 

C’est à dire au taquet. Sauf, qu’il y a un bébé en plus. Impossible.

La fin de non -recevoir devant le projet d’allongement du congé maternité a été, pour moi, un véritable scandale, soit dit en passant.

Sans compter que tout ce que vous avez vécu de près ou de loin dans votre enfance va réapparaitre et que les relations avec l’entourage risquent de se modifier. Vous allez me dire, ça apprend à mettre les limites…

Une nouvelle forme d'amour

C’est vrai, et c’est vrai aussi que c’est la classe d’accueillir une nouvelle personne et que j’ai eu le sentiment d’expérimenter une autre forme d’amour. Je reste émerveillée devant mes filles maintenant âgées de 8 et 10 ans.

J’ai énormément appris en devenant maman. Gratitude pour cette expérience.

Juste, être consciente que c’est un nouveau chemin et pas des moindres. Et que c’est mieux si on est accompagné de beaucoup de bienveillance.

Et bizarrement, j’ai trouvé qu’il n’y avait pas toujours forcément beaucoup de bienveillance pour les femmes dans ces moments là. Heureusement, j’ai été accompagné par des professionnel(les) incroyables, surtout autour de mes grossesses. Et je transmets aussi cette expérience à travers mon accompagnement pour les entrepreneuses.

Le cerveau du bébé n'est pas comme le notre

Alors je vous partage tout d’abord 2 pistes :

Deux ouvrages d‘Isabelle Filliozat : » Au cœur des émotions de l’enfant » et  « Il n’y a pas de parent parfait ».

Whaou, comprendre que le cerveau d’un bébé n’est pas comment le notre et que non, non, non, il ne fait pas de caprice à 2 semaines de vie (bien après d’ailleurs). Ou la question du sommeil… Je vous laisse découvrir et vous met le lien avec sa bibliographie. Je suis fan.

Vous risquez aussi d’être confrontée à la tentation d’être une mère parfaite. C’est là que le deuxième ouvrage va pouvoir vous aider à éviter le « burn out » parental… 🙂

Anti-sexisme au quotidien

Une autre thématique qui va vite arriver sur le terrain est celle du genre. Voilà, vous êtes prévenue. 😉

Alors, pour se prémunir, ainsi que vos enfants, je conseille le blog de https://mamanrodarde.com/.

Et ses excellents dépliants anti-sexistes qui montrent des garçons qui mettent du rouge à ongles ou des filles cheffe d’état (je résume très très très vite). Ils sont utilisables pour les enfants et permettent beaucoup de discussions.

Pour que les petites filles puissent être et aimer ce qu’elles veulent, sans qu’on les emmerde (parties 1 et 2)

Pour que les petits garçons puissent être et aimer ce qu’ils veulent, sans qu’on les emmerde (version 4)

Et vous, des astuces sur le sujet épineux et passionnant de la parentalité ? 🙂